mardi 11 mai 2010

Cie Lubat de Gasconha




"Un jeu transartistique autobiograffitique où l’insoliste théâtre jazzconcubin uzestien lubatien en je en joue en joute scatrap’contant bluesant freecotant... l’histoire en marche en miettes d’un artiste désactualisé... citoyen d’art et d’essai Amusicien blanc pas clair, flou, filou, philos’autres , abuseur public malpolyinstrumentiste vocalpiniste bruitaliste auteur de doute menteur en scène raccordéoniste d’Estaminet débateur de jazz désenchanteur de charme complositeur compost-moderne tambour du bourg insoliste animal poïélitique qui devant tout le monde mute et permute à l’ouïe et à vue d’oeil...
Et qui se demande... toute oreille dissolue... mémoire de trou de mémoire jusqu’où ça commence le commencement?
De l’humour, de l’humeur de l’humide de l’humus de l’ubu de l’uzeste
De l’esprit de la répartie du silence du swing du suspense de l’inconscient
De l’action de l’improvision de la composition instantanée multi’médiate
Du brut de psaume du sang froid à chaud du divagué à l’ouïe à nu...
Une auto biograffitie fifty-fifty d’ici d’en bas d’en haut d’en long d’en marge
Déconcertifortifiante... inconscientralisée... irrespectacularisée
Mots dits moqueurs moteurs... Les mots sont des masques qui n’ont rien à cacher."




Aucun commentaire: